Entraînement Duathlon


Monsieur, Je pratique le cyclisme sur route depuis quelques années et je voudrais pratiquer le Duathlon. Ma question est la suivante : la course à pied peut-elle interférer ou parisiter la gestuelle ou le mode de contraction musculaire spécique au vélo. En d’autres termes, la course à pied peut-elle faire baisser mes performances à vélo ou au contraire apporter un plus (et quoi ? aptitudes biomécaniques ? aptitudes cardio-respiratoires ? les deux ?)en considérant qu’un entraînement adapté serait pratiqué. Aussi, dans la pratique de la séance d’entraînement, faut-il débuter par vélo et ensuite la course à pied ou l’inverse ? Merci infiniment pour votre réponse et encore bravo pour la qualité de vos réponses en général. José


REPONSE

José,
Voici la première réponse de Jean-Marc :
Si votre niveau est débutant, le fait de s’entraîner en course à pied fera progresser en vélo.
Si votre niveau est intermédiaire, cela n’aura aucune incidence aussi bien positive que négative sur la performance.
En revanche, si vous êtes expert en cyclisme, le fait de s’entraîner très régulièrement en course aura une incidence néfaste.
De manière un peu plus poussée : il faut savoir que par rapport au cyclisme, la composante énergétique de la course à pied est davantage orientée "glycolyse" qu’aérobie et cela se fait particulièrement sentir lors de la transition en duathlon.
En effet, lors des premières compétitions de duathlon, les athlètes sont régulièrement surpris par les sensations ressenties au cours de l’enchaînement et vous comprendrez plus facilement les phénomènes dont il est question lorsque vous serez en situation. Mais le corps s’adapte rapidement et, les premières échéances compétitives passées, cette étape difficile devient progressivement un cap moins difficile à franchir.
Deuxième partie de la réponse de Jean-Marc :
Dans un livre qui s’appelle "regards d’experts sur le triathlon" aux éditions CHIRON, il y a un chapitre spécial sur "les enchaînements" avec notamment un article écrit par Grégoire MILLET (entraîneur de l’équipe de France puis de l’équipe d’Angleterre et maître de conférence à l’UFR STAPS de Montpellier, c’est lui qui m’a fait passer les soutenances Maîtrise et DESS) dont voici quelques passages intéressants :
"organiser des enchaînements course/vélo, sur un stade, avec des homes trainers est une formule pédagogiquement très enrichissante (...) j’aime bien proposer des enchaînements qui alternent un travail physiologique en vélo et technique en course à pied, par exemple 6 mn de home trainer au seuil, 100 mètres de foulées bondissantes ou interval training en cyclisme dans une côte et faux plat descendant à pied (travail de survitesse)"
De plus, tous les auteurs de l’ouvrage semblent être unanimes : le travail des enchaînements est très sollicitant donc épuisant. Il convient de faire attention à l’état de fatigue à l’approche des échéances compétitives et aussi à planifier une récupération en conséquence.
Ce type de travail permet de gagner en "agressivité" et d’optimiser une transition plus rapide entre la configuration "vélo" et la configuration "course", surtout au niveau des quadriceps (l’automatisation de la gestuelle ainsi que la rapidité de la cinétique des ajustements physiosiologiques sont importantes)
Jean-Marc

Question du samedi 5 juillet 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique