Protéines et volume musculaire.



Comprendre le sport avec Eureka Sport
Dans la même rubrique


Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Protéines et volume musculaire.

Volume musculaire et besoin en protéines. Type d’exercice à pratiquer.

Nutrition sportive : une étude contredit les recommandations en matière de protéines

Comment garder de beaux muscles

Supposez que vous ayez réussi à atteindre une masse musculaire importante, celle dont vous rêviez. D’abord pour vous plaire, pour faire correspondre l’image que vous donne votre miroir avec l’image que votre cerveau imaginait quand vous avez décidé de vous muscler. Et aussi pour plaire autour de vous, car vous imaginez que les autres vont envier cette magnifique musculature harmonieuse et bien répartie.
Pour cela vous avez sué sang et eau. C’est donc justifié.
Mais il ne suffit pas d’avoir de beaux muscles, il faut les entretenir et les garder.
On vous a dit, ou alors vous l’avez lu dans les revues qui vous ont si bien conseillé, que plus on a de muscles et plus il faut consommer de protéines.
Oh, je le sais bien, vous les connaissez par cœur ces fameuses protéines. Vous en avez ingurgitées des quantités colossales par un choix alimentaire naturel et par des compléments soigneusement choisis.
« Tu as de beaux muscles, alors mon vieux il va falloir en avaler des protéines si tu veux les garder ! »
Il se trouve que certains chercheurs Ecossais se sont posés le problème de savoir si ces protéines que vous allez continuer à absorber, maintenant que ces muscles sont terminés, seront forcément absorbées par vos muscles pour maintenir leur volume.
Ils ont comparé l’entrée des protéines dans les muscles après un entraînement corps entier chez des sportifs très musclés et des moins musclés.
Après cette expérience l’augmentation de volume est la même pour tout le monde.
Donc les plus musclés n’ont pas pris plus de masse que les moins musclés.
D’après ces chercheurs avoir une masse musculaire importante n’entraîne pas des besoins plus importants dans le cas étudié.
D’après eux la masse corporelle du sportif n’est donc pas un élément essentiel pour prévoir les besoins des muscles à l’effort.
Les recommandations nutritionnelles basées uniquement sur la masse corporelle doivent par conséquent être modulées.
D’après la publication présentée en 2016, ces chercheurs proposent de prévoir les besoins en protéines des muscles à l’effort en se basant plutôt sur le type d’exercice pratiqué pendant la séance d’entraînement car le contenu de l’entraînement est probablement le vrai régulateur des besoins en protéines des muscles quel que soit le gabarit du sportif.
Référence en anglais :
http://physreports.physiology.org/c...