Question Tibia



salut
j’ai 17ans de1.79m et71.4kg je fait du karate et derrnierement depuit 3mois je le pratique regulièrement 9h par semaine .j’ai des douleures au niveau de la face interne du jambe au TBA .J’ai visité 2 medecins l’un m’a dit que je pratique du sport plus intense que ma preparation physique et j’ai peut etre une fracture de fatigue il m’a donner des vitamine contre les douleures et une pomade et il m’a ordonné de m’eloigne des sport d’appuit et l’autre m’a dit que je suis encore en periode de croissance et j’ai un monque de calicium . s’il vous plait quel est votre point de vue . Merci


REPONSE

Asma,
J’ai reçu coup sur coup deux questions sur les périostites tibiales, aussi je fais une réponse commune aux deux questions.
Votre médecin a raison. Vous avez certainement abusé de préparation physique et il faut vous mettre au repos jusqu’à disparition des douleurs en le consultant pour qu’il vous autorise à reprendre.
La fracture de fatigue peut être vue dans un laboratoire spécialisé dont je parle ci-dessous, et si vous n’avez pas, de fracture ils vous le confirmeront.
Pour le manque de calcium, il faut le démontrer par des analyses sanguines, mais ce deuxième médecin a raison aussi en disant que votre croissance n’est pas terminée et de nombreuses maladies, appelées d’insertion, font très mal à certains jeunes sportifs. Voyez pour cela dans les questions posées celles qui concernent la maladie de d’Osgood-Schlatter.
Voilà une réponse sur cette périostite déjà donnée sur le site :
Copie de la réponse déjà donnée à Nicolas (France)
« Beaucoup de médecins du sport préfèrent parler de « périostose » au lieu de périostite, mais cela ne change rien pour vous car c’est la douleur qui vous gêne.
La plupart du temps il s’agit d’une douleur de la crête du tibia.
Rappelons comment arrive une périostite. Les muscles et leurs tendons ont des points d’attache sur les os. En ce lieu où se transmet toute la force de traction, le tendon s’accroche à une peau très dure et très fine qui entoure l’os et que l’on nomme périoste. Cette peau a pour rôle de fabriquer de l’os en épaisseur (et pas en longueur) On voit souvent très bien le périoste qui se détache comme une fine pellicule sur le manche osseux des côtelettes d’agneau ou de porc quand elles sont cuites.
Quand les tendons qui s’y accrochent tirent trop fortement sur ce périoste, il peut se « décoller » un peu de l’os et cela provoque une irritation de la zone abîmée. Le tendon, le périoste et l’os qui est au dessous sont douloureux.
D’autres causes de douleurs de ce type sont possibles : par coup de pied reçu là ou un os est près de la peau, par frottement avec une partie dure de la chaussure chez les skieurs par exemple, par choc du tibia pendant les courses de haies, par abus de course sur les sols synthétiques.
Ce qui est embêtant, c’est qu’on ne voit rien à la radio, sauf sur les vieilles périostites datant de plusieurs années. Mais la radio et la scintigraphie osseuse dans un laboratoire d’hôpital, peuvent servir à éliminer les fractures de fatigue. L’échographie peut être bien utile. Analyses de sang et d’urines n’apportent aucun renseignement complémentaire dans l’explication de la douleur, sauf évidemment si il y a une autre maladie de l’os en plus de la périostite.
Souvent il existe une mauvaise position du pied (valgus de l’arrière-pied) qui favorise l’installation de ces douleurs. Allez consulter un médecin podologue après en avoir parlé à votre médecin traitant s’il n’a pas les moyens de le contrôler lui-même. Le port de talonnettes peut être parfois conseillé.
Il faut que vous sachiez que ces périostites sont pénibles à soigner car elles peuvent durer pendant plusieurs mois puis disparaître avec un traitement, et réapparaître alors qu’on croyait en être débarrassé.
Le conseil le plus évident est le repos momentané. Vous pouvez essayer tout ce qui est possible : pommades, glace et chaleur, physiothérapie et mésothérapie, laser, ionisation avec salicylés, ultrasons, ondes, et surtout la prise en charge par un kiné dont c’est le vrai travail. Il vous fera pratiquer des étirements adaptés à votre cas. Il a sûrement déjà soigné et guéri d’autres périostites avant la votre.
De façon exceptionnelle, si vous devez absolument passer un cap difficile, le médecin peut proposer des infiltrations de produits anti-inflammatoires, mais attention à ne pas en abuser car on risque de fragiliser les fibres qui servent à fixer le tendon au périoste.
Comme conseils simples, pensez à dormir suffisamment, vous reposer si possible, à manger correctement, à bien vous échauffer progressivement et à diminuer pendant un bon mois le volume et l’intensité de votre entraînement. »
Amitiés.
Cyber@lbert


0 vote



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive