Question Tennis de table



bonjour, je voudrais aborder avec les jeunes que j’entraine ( bénévolement)dans le cadre de la preparation physique les filières énergetiques. j’ai trouvé dans divers livres une description des 3 filières, j’ai bien compris ce qu’était l’anaerobie alactique, l’anaérobie lactique et l’aérobie mais le tennis de table est un sport fait d’échanges qui durent en moyenne 5 a 8 s (exceptionnellement plus de 10 s) entrecoupés de periode de repos de 10 a 15 s entre chaques points, que les sets durent environs 5 mn et qu’il y en a minimum 3 maximum 7 je n’arrive pas a definir quelles sont les filières solicitées et en quelles proportions pendant un match.
Merci pour votre réponse.


REPONSE

Yannick,
Toutes les fibres participent à tous les exercices, puisqu’elles sont ensemble dans les mêmes muscles, mais selon l’effort et la rapidité nécessaire, il est évident que certaines, ici les blanches, travaillent d’emblée comme si elles étaient seules car leur énergie est immédiatement disponible.
Dans le cas de votre sport, il est évident que ce sont bien les blanches qui sont responsables de la majeure partie de l’énergie fournie.
Mais le métabolisme anaérobie existe aussi dans les fibres rouges (bien que ce soit surtout pour l’aérobie qu’elles soient préparées). Elles doivent donc fournir aussi une partie, faible bien sûr, de la force nécessaire.
On pourrait penser que ces temps très courts ne nécessitent que l’anaérobie alactique par l’utilisation exclusive de l’ATP présent et de l’ATP renouvelé par la phosphocréatine. Cependant, les spécialistes* qui se sont penchés sur le métabolisme disent, je cite J.R. Lacour : « La séparation entre périodes alactique et lactique d’un exercice intense ne doit pas être aussi tranchée qu’on le supposait jusqu’à ces dernières années. En effet du lactate commence à apparaître dans le muscle et même dans le sang dès les premières secondes de l’exercice. Hultman et Sjöholm (1983) ont calculé la participation de la glycolyse lactique dans la production d’énergie lors d’une contraction musculaire maximale induite par stimulation électrique : dans la première phase de 1,26 s cette participation était de 20 % ; et de 1,26 s à 1,52 s, cette participation était de 50 %. »
Les réserves de phosphocréatine sur des exercices rapides épuisants sont renouvelées pour la moitié en 20 secondes environ et au 4 / 5 dès la première minute de repos.
Autre chose à savoir, l’ATP et la phosphocréatine voient leur concentration cellulaire diminuer mais pas devenir nulle. Il n’y a jamais épuisement des stocks, car les cellules seraient lésées.
Il se peut que je me trompe, mais il me semble que ce sport doit être envisagé de la façon suivante :
1 / Muscles de la main et certains muscles de l’avant bras contraction statique et dynamique. Statique par contraction de maintien de la raquette et dynamique par mouvement du poignet. Les fortes contractions doivent bloquer en partie la circulation sanguine dans la main. A mon avis, pas loin de 50 % alactique et 50 % lactique. Infiniment peu d’aérobie. Récupération de 15 secondes à la limite des reconstitutions des stocks de PCr.
2 / Muscles du bras et de l’épaule, et muscles des jambes, contraction dynamiques, force vitesse, anaérobie alactique, puis moins d’anaérobie lactique et un peu d’aérobie. La récupération de 15 secondes doit être juste suffisante.
Mais je vous le répète, ceci est un raisonnement purement théorique et je peux me tromper. Je vais faire une enquête pour vérifier si des travaux ont été faits dans ce sport.
Si quelque autre lecteur de ce texte a des données qui pourraient nous éclairer, qu’il ait la gentillesse de se manifester. Souvenez vous que toutes les fibres agissent et que tous les métabolismes sont sollicités, avec des pourcentages différents. De même, dans ce sport, au moins pour l’épaule, le bras et les membres inférieurs, l’oxygène a forcément son petit rôle à jouer.
Mais cette opinion est personnelle. Cherchez ailleurs, il y a d’autres sites, et tenez-nous au courant.
Merci
AC
* J.-R. Lacour Biologie de l’exercice musculaire, Masson, 1992
http://eps.discipline.ac-lille.fr/t...


0 vote

Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive