Comprendre le sport avec Eureka Sport
Dans la même rubrique


Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Tendinite

définitions :

Les médecins utilisent un vocabulaire que les sportifs ne comprennent pas, lorsqu’ils parlent des maladies des tendons et des articulations. Certains n’utilisent jamais le mot "tendinite" et n’utilisent que "tendinopathie", car il est rare que le tendon soit seul en cause. Il y a des lésions du tendon et de la gaine synoviale, qui l’entoure comme un gant protège les doigts. Cette lésion porte le nom de téno-synovite. Selon les parties malades vous entendrez parler de téno-bursites, de téno-périostites, de téno-myosites ...

causes :

Le sportif se plaint de ressentir des douleurs sur le trajet d’un tendon, lien entre le muscle et le lieu où il se fixe sur l’os. Elles peuvent se manifester dans de nombreuses conditions, dont les principales sont : un entraînement mal conduit, car pas assez progressif, une musculation trop rapide, des erreurs techniques dans le geste sportif, des mouvements trop souvent renouvelés, des efforts inhabituels, des conditions de jeu inhabituelles (terrain mouillé ou sols durs), ou tout simplement l’utilisation d’un matériel inadapté. Les terrains irréguliers et durs sont bien connus pour fatiguer les tendons. De même les sols trop souples améliorent les performances grâce au phénomène de rebond, mais les tendinites y sont plus fréquentes. On a accusé également une insuffisance d’hydratation pendant l’effort, et une alimentation trop riche en viande, qui provoqueraient l’augmentation du taux d’urée et d’acide urique dans le sang, mais aucune preuve formelle n’a été apportée. Les sportifs qui se sont dopés par les anabolisants peuvent souffrir de tendinite plus facilement que les autres puisque le volume et la force des muscles augmentent. Ils vont tirer tellement fortement sur leurs tendons, qu’ils risquent de dépasser les possibilités de résistance tendineuse. Les anabolisants, en effet, modifient les propriétés des muscles, mais ne modifient pas celles des tendons. La douleur peut apparaître brutalement dans la zone d’insertion d’un tendon, mais le plus souvent elle arrive progressivement, insidieusement, sur une partie quelconque de son trajet. Le sportif peut souffrir de temps en temps ou en permanence, en étant plus ou moins calmé par le repos. Il faut se méfier des possibles réactions allergiques qui peuvent se produire lors des séries d’injections dans les zones douloureuses.

Tendon d’Achille :

La tendinite du tendon d’Achille est très fréquente. Elle atteint surtout les coureurs, les sauteurs et les sports où la cheville et le pied sont soumis à de fortes contraintes, comme le basket, le volley et le tennis. On note des douleurs et une boiterie à la marche et bien sûr à l’activité sportive. Quelquefois, on peut sentir à la palpation manuelle, la présence de petits nodules sur le tendon, comme s’il était granuleux. On met le sportif au repos (de 20 jours à 3 mois) et on utilise des moyens simples comme l’application de pommades, des massages doux, l’acupuncture et la mésothérapie. Cette dernière méthode consiste à injecter dans l’épaisseur de la peau (derme) qui recouvre la région douloureuse, des quantités minimes de médicaments, par l’intermédiaire d’un appareil contenant de nombreuses et minuscules aiguilles. La physiothérapie est aussi utilisée. Il s’agit du chaud et du froid, du radar, des ultrasons, d’introduction de médicaments, notamment d’anti-inflammatoires, à travers la peau, par le biais de courants électriques. Les anti-inflammatoires sont également prescrits per os, c’est à dire en comprimés ou gélules, pendant plus d’un mois s’il le faut, associés souvent à des infiltrations. Il arrive souvent que le sportif ait besoin de chaussures avec semelles correctrices, car il a, sans le savoir, un trouble de la statique du pied. La plante du pied n’appuie pas toujours correctement avec le sol. Il est possible que le sportif ne guérisse pas par ces moyens classiques, et que l’on soit obligé de consulter un chirurgien.