Cher monsieur Callis.
Dans le but d’un TPE sur les effets du cannabis sur notre organisme, j’aimerais savoir en quoi le GABA est il très important dans l’action du THC ?
Merci d’avance pour votre réponse.
Benjamin FELIX
1Sb Lycée E.Quinet
01000 bourg en bresse

Question du mercredi 16 juillet 2014

Réponse

Benjamin,
Il y a sur de nombreux neurones cérébraux des récepteurs divers. Certains de ces récepteurs sont destinés à recevoir une molécule d’origine endogène (fabriquée par notre organisme) qui se nomme anandamide. La fixation de l’anandamide sur ses récepteurs spécifiques est naturelle et physiologique. Suite à cette fixation, le récepteur cellulaire membranaire provoque dans le neurone des modifications d’activités enzymatiques et diminue entre autres l’activité de l’AMP cyclique. Or l’AMPc active normalement les protéines kinases de type A. L’anandamide diminue donc l’activité des protéines kinases A. Or, les protéines kinases sont responsables de la phosphorylation des protéines (enzymes, protéines membranaires, récepteurs eux-mêmes)
Parmi les protéines de la membrane qui sont affectées par cette diminution de la phosphorylation (phosphoryler = activer) il y a les canaux calciques et potassiques. Cette diminution de fonction de ces protéines perturbe le fonctionnement membranaire et cellulaire et le résultat final est que la cellule nerveuse diminue le passage des divers neuromédiateurs cellulaires dans le milieu extra cellulaire.
Moins de neuromédiateurs libérés = diminution de l’excitabilité des neurones en général.
On comprend que la fixation d’anandamide sur ses récepteurs diminuant l’excitabilité neuronale, provoque des sensations diverses de relaxation, d’euphorie et de perception de la douleur.
Or, pour en revenir au delta-9-tetrahydrocannabinol ou THC, on sait qu’il se fixe sur les récepteurs CB1 de l’anandamide et les bloque. Il provoque ainsi les mêmes effets cités ci-dessus.
Ces évènements peuvent être perçus comme agréables et gratifiants. C’est donc ressenti comme une récompense.
Les neurones qui utilisent la dopamine comme neuromédiateur devraient rester insensibles au cannabis car ils sont dépourvus de récepteurs au THC. Mais ils restent sensibles à une inhibition provoquée par les neurones gabaergiques. Et comme ces neurones Gabaergiques ont des récepteurs CB1, le THC les inhibe. La mise au repos des neurones gaba qui ont fixé le THC diminue leur effet inhibiteur sur les neurones dopaminergiques qui sont alors activés.
La libération de dopamine est toujours impliquée dans les circuits cérébraux à la base des circuits de la récompense. D’où les effets agréables et leur conséquence sur l’humeur.
OK ?
AC

16 juillet 2014 par Le Professeur Albert Callis