Sport santé


Bonsoir Professeur !
Merci beaucoup pour votre réponse sur l’IMC. Je suis très mécontent, je ne parviens pas à retrouver la rubrique dans laquelle je l’avais écrite, donc je vous écrit ici. Mais...vous faites erreur : il s’agissait bien d’IMG, (indice de masse graisse) très différence de l’IMC. Ce taux me préoccupe pour deux raisons (c’est pour une des deux que la médecin que je voyais en consultation me l’a évoqué) : la première c’est que je me plains souvent du froid durant l’hiver, et pourtant je ne suis pas vraiment frileux (je courrai à pieds avec 8/-10 en Suisse et je vous promets que c’est super : temps sec, c’est la bise, c’est rude, mais très stimulant, vraiment). Mais c’est à l’arrêt, le froid, donc. Puis, le deuxième problème, c’est que quand je cours, j’aime bien "respirer", sentir le manque d’oxygène et sentir le "remplissage", ça aussi ça fait partie du plaisir de la course. Mais, l’ennui c’est que je ne suis jamais essoufflé, et même après avoir "sprinté" au maximum en fin de parcours, je m’arrête, et je me retrouve en quelque s secondes avec un souffle de quelqu’un qui se lève de son bureau. En faisant le calcul de l’IMG, je vois que je suis juste/juste (2,5/3% qui est le minimum, c’est le chiffre qu’elle m’a donné et qu’on peut trouver des sites sur internet pour le calculer). Quel est donc l’effet réel de cet IMG sur les performance et le bien-être ? On est tellement persuadé qu’il faut le baisser que ça pose peut-être aussi des problèmes quand il est trop bas. Pensez-vous que les symptômes que j’évoque soient liés à ça ?
Pour Paypal, mais non, je ne voulais pas dire "faire payer les réponses", mais beaucoup plus simple : insérer une bannière avec "Faire un don !". Je vous assure qu’une fois qu’on a lu les réponses que vous faites, on est tout à fait prêt à faire un don pour aider le site !
Merci encore pour votre travail, et vos réponse,
Marc


REPONSE

Marc
J’ai bien entendu retrouvé la formule sur Wikipedia qui écrit « Une formule empirique permet d’estimer la proportion de masse adipeuse dans le corps humain en tenant compte de l’Indice de masse corporelle, de l’âge et du sexe
IMG = 1,2.IMC + 0,23 âge - 10,8 X - 5,4 (sachant que X n’a pas la même valeur chez l’homme et la femme)
Et il est bien précisé que c’est totalement empirique, la plupart des médecins semblant préférer s’en tenir à l’IMC (dont l’IMG n’est qu’une variante puisque, comme vous pouvez le constater, c’est IMC qui est le premier référent de la formule) Dans cette formule on ne tient pas compte du poids du squelette qui me paraît être un paramètre aussi important que l’âge. D’autre part cette formule n’est pas applicable chez les jeunes en croissance pendant la phase pubertaire. Il est certain que dans votre cas il ne s’agit pas d’un taux de graisse faible par cause de maladie, mais par constitution génétique et longue activité musculaire d’endurance.
Personnellement je fais comme font les maquignons pour savoir si quelqu’un manque de graisses : Si je veux acheter un veau je le regarde ! Je l’examine, je le pèse, je le tâte, je regarde l’épaisseur de la peau (il y a des graisses sous la peau), bref je ne me fie pas tout de suite aux formules de calcul. Il est évident que vous avez peu de graisse, certainement pas assez. Mais ça doit se voir sans calculs ! Ou alors vous êtes à la limite. Il se peut que ce soit partiellement génétique, mais si c’est un choix alimentaire, sachez que les vitamines liposolubles A.D.E.K. sont apportées par les graisses alimentaires et stockées dans les graisses de notre corps. D’autre part, toutes les membranes de nos cellules sont formées d’une double couche de lipides pour les isoler du milieu extra cellulaire. Sans lipides, pas de vie.
La seule mesure des proportions des graisses du corps qui soit valable en médecine sans être trop chère, c’est par pesée avec une balance impédancemétrique. Sans être la méthode de référence, elle est fiable et assez bien reproductible. Les autres méthodes sont scientifiques et trop chères car elles nécessitent un matériel coûteux.
Vous avez froid car votre peau n’est pas assez doublée de graisse, couvrez-vous un peu plus pendant les séances en altitude ou en hiver. La rapidité extraordinaire de récupération est due à votre qualité exceptionnelle d’adaptation cardiaque. Du point de vue cardiaque et respiratoire vous paraissez au top. Ce n’est pas une raison pour en abuser ! Prudence.
Malgré notre bénévolat, l’entretien d’un site coûte cher et nous n’avons aucune autre ressource que les liens publicitaires que vous voyez sur notre site. Alors soyez gentils, cliquez dessus, c’est gratuit pour vous et en plus ils sont très intéressants. Chacun de vos ‘clics’ représente pour nous quelques centimes. Notre survie est entre vos mains. Merci d’avance.

Question du samedi 28 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique