Bonjour Albert

C’est Jean-Marc
Heureux de vous retrouver sur eureka depuis tout ce temps. J’espère que tout se passe bien de votre côté.

Pour une fois, c’est à mon tour de venir poser une question sur ce site, plutôt que d’y répondre ;-)

Voici que ce qui m’amène :

En aout dernier, comme chaque été depuis plusieurs années maintenant, j’ai grimpé le ventoux à vélo avec des amis sportifs.

Mais contre toute attente, j’ai ressenti pendant le parcours des palpitations ainsi que des fourmillements au niveau de la poitrine.

Prudent, j’ai préféré descendre du vélo et demander à mes amis de venir me chercher en voiture.

Après cet épisode, je suis rentré chez moi et j’ai tranquillement repris ma vie quotidienne.

Mais le surlendemain, j’ai à nouveau ressenti une douleur dans la poitrine, mais cette fois, d’une intensité nettement supérieure.

Je suis soudainement devenu tout blanc et me suis effondré au sol, victime d’une faiblesse intense m’empêchant de produire le moindre mouvement. J’avais d’intenses fourmillements dans les doigts ainsi que dans les jambes.

Nous avons appelé les pompiers qui m’ont emmené aux urgences dans le fourgon. Là bas, j’ai fait une crise de tétanie et j’étais complètement paralysé jusqu’à ce qu’on me fasse respirer dans un sac, ensuite c’est allé progressivement un peu mieux.

L’électrocardiogramme n’a rien révélé de particulier, mais la prise de sang a laissé transparaître une hypokaliémie sévère, très certainement à l’origine de troubles cardiaques.

Je suis ensuite sorti des urgences et quelqu’un m’a finalement ramené chez moi.

Le surlendemain, je décide d’aller marcher un peu en faisant quelques courses dans une grande surface (Carrefour pour ne pas la citer). Et là, rebelote, je m’effondre à nouveau en plein milieu du magasin, complètement livide, avec d’intenses fourmillements dans tout le corps.

La sécurité du magasin a fait une nouvelle fois venir les pompiers et il m’a fallu attendre environ 20 minutes, allongé immobile sur un banc, avant de pouvoir retourner, à pas très lents et mesurés, jusqu’à la voiture d’un ami.

Au sortir de ces pregrinations, j’ai été complémenté en K+ et j’ai terminé le traitement il y a enciron 1 mois.

Petit à petit, j’ai retrouvé la forme, j’ai repis les footing et la musculation. J’ai été particulièrement vigilant à manger des repas réguliers, sains et équilibrés.

Mais voila que depuis 2/3 jours, les sensations de vertige et de fourmillements réapparaissent à l’identique, exactement comme l’été dernier.

En effet, la sensation d’oppression dans la poitrine est réapparue il y a 3 jours environ, et ne me quitte plus depuis.

J’ai aussi ressentis 2 étourdissements en seulement 2 jours qui ont necessité chacun que j’arrete de marcher pour m’appuyer contre un mur pendant 2 à 3 minutes de récupération.

Dans ces moments, les paresthésies sont assez "monstrueuses"...

J’ai donc pris RV avec le médecin traitant lundi prochain afin de procéder à une nouvelle analyse, car je soupçonne fortement que le K+ soit retombé une nouvelle fois nettement en dessous des normes.

Ma réflexion actuelle est la suivante : autant, je pouvais envisager volontiers que la première carence trouve son origine dans l’ascension du ventoux qui représente il est vrai un effort assez inhabituel.

Autant je ne parviens pas a expliquer cette nouvelle chute (qui reste encore à confirmer, mais envers laquelle j’ai de sérieux doutes).

En effet, ces derniers temps, je dors bien, je mange bien, je ne suis pas stressé, le climat n’est pas rude et je n’ai fait vraiment aucun effort physique particulier.

Dans ces conditions, je commence à m’interroger sérieusement sur les raisons d’une non fixation chronique du potassium.

Après avoir procédé à quelques recherches sur le web et ailleurs, il semblerait que diverses causes soient possibles, notamment et surtout des "maladies rénales" (tubulopathies, polikystoses, syndrome de Conn, adénome surrénalien, etc.).

J’avoue aller très certainement un peu trop vite en besogne en me projettant ainsi, mais il est clair que l’inquiétude grandissante me pousse fort logiquement à anticiper, ou du moins à me rensiegner sur ces questions toutes nouvelles situées bien au delà de mon champ de compétence.

Ce sont les raisons pour lesquelles j’ai songé à venir évoquer ma situation avec mon viel ami Albert sur eureka-sport, qui saura, j’en suis certain, m’indiquer quelques pistes de réflexion, des conseils, des éclairages nouveaux ou bien encore d’éventuels éléments de réponses pour me guider dans cette déplaisante épreuve.

@ très bientôt et merci


REPONSE

Bonjour Jean-Marc !!!
Tout le plaisir est pour moi mais j’aurais préféré des conditions plus agréables
Voilà : compléments d’enquête
y a t il eu des dosages de potassium urinaire ?
as tu pris de la cortisone ?
des diurétiques ?
un médicament quelconque ?
suces-tu ou bois-tu de la réglisse ?
a t on dosé le magnésium et l’aldostérone ?
Combien de potassium plasmatique aux dosages ?
combien de sodium ?
Ta tension artérielle ?
Merci

Question du samedi 28 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique