Question Puberté



je voudrais savoir si l’entrainement sportifs a une incidence sur la production d’hormones ?
lors de la puberté, il y a augmentation du taux d’hormones:est ce que cela a des effets sur l’effort sportif ?
si il y avait une hormone défficiente est ce que cela aurait un retentissement sur l’effort ?si oui pouvez vous me donner des exemples ?
pourquoi le taux d’HGH augmente il au cours de l’effort ;alors que l’HGH sert a grandir ?
merci de me répondre a nouveau et désolé de poser autant de questions !
fanny


REPONSE

Fanny,
La puberté est une période de forte production hormonale. Lisez colonne de gauche “ aide aux étudiants ” et sur la page qui s’ouvre dans le cadre en haut et à gauche cherchez et copiez ce qui est intitulé “ croissance ” où il y a 5 réponses instructives. Voyez aussi “ hormones ”
Le développement de l’appareil génital dans les deux sexes, l’arrivée des règles chez les filles, le développement des os et des muscles, sont dépendants des hormones. Si une hormone est défaillante, par exemple l’hormone de croissance, et bien il y aura un nanisme, dit nanisme harmonieux, ou pour les hormones sexuelles, un développement insuffisant des organes génitaux qui se traduira par un petit utérus, une atrophie du vagin chez les filles, et un faible développement de la verge et des testicules chez les garçons, avec parfois même une atrophie testiculaire avec des testicules qui ne descendent pas dans les bourses car ils restent dans l’abdomen. En sens inverse, les troubles hormonaux peuvent masculiniser les filles qui se trouveront pourvues d’un très gros clitoris de telle sorte qu’on pourra le prendre pour une petite verge. Il pourra aussi y avoir une féminisation des organes génitaux des garçons. Ces pathologies sont très diverses et portent des noms compliqués souvent de ceux qui en ont fait la première description.
Trop d’hormone de croissance crée un gigantisme chez l’enfant et parfois une acromégalie chez l’adulte.
Bien entendu, tout trouble hormonal de la croissance à la puberté retentit sur le volume musculaire en même temps que sur la taille. L’activité physique est donc liée aux taux hormonaux.
Concernant l’HGH, votre question est intéressante. Elle est sécrétée par l’antéhypophyse et elle favorise la prolifération cellulaire dans l’organisme, dans le sport c’est la synthèse des protéines qui est intéressante. Les acides aminés rentrent dans les cellules et par action de l’hormone sur l’ARN (voir croissance) les ribosomes sont activés. Grâce à cette hormone, les graisses sont mieux utilisées comme carburants.
On a constaté que son taux augmente quelques minutes après le début de l’activité physique. Ses taux sont liés à l’intensité de l’activité. Ceci est bénéfique pour les muscles et pour le métabolisme aérobie. Hélas, on ne sait pas encore pourquoi cette hormone est sécrétée pendant l’effort. On a pensé aux actions possibles des lactates, du pyruvate, de l’alanine, des variations du glucose sanguin, de la température (fièvre), mais rien n’a pu être prouvé pour le moment. Il est probable que ce sont des facteurs nerveux, des neuromédiateurs, et on suppose que le stress, l’anxiété ou les signaux nerveux provenant des muscles, ont une action directe sur l’hypothalamus qui règle l’activité de l’hypophyse antérieure par des polypeptides (GRF et GRH)
On sait aussi que l’hormone thyroïdienne T3, un peu moins la T4, l’arginine, les bêta stimulants et les corticoïdes augmentent la sécrétion de GH
La GH a beaucoup d’effets indirects par l’intermédiaire d’autres hormones produites sous son action par le foie et les fibroblastes et transportés par le sang (IGF)
A l’état normal, les émissions d’hormones dans le sang se font par des “ pulses ” nocturnes, ce qui fait que certains disent que l’on grandit la nuit.
Bonne nuit !
Cyber@lbert


0 vote



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive