Bonjour, je suis en première S et je fais un TPE sur l’obésité. Notre problématique est : L’obésité, quelles sont les causes, les conséquences, et comment les combattre ??? et nous voudrions des détails sur le diabète, les causes génétiques, et les conséquences de l’obésité. Merci beaucoup.


REPONSE

Il y a beaucoup de questions à traiter dans votre message.
Voici un document intéressant :
Charlotte,
La DHEA contrôlerait l’obésité abdominale et améliorerait la sensibilité à l’insulineDate de création : 26 décembre 2004L’accumulation de la graisse abdominale augmente avec l’âge et ce phénomène d’une grande fréquence favorise à la fois l’insulinorésistance, le diabète et l’athérosclérose. Plusieurs facteurs contribuent à cette accumulation, notamment la sédentarité, les excès alimentaires et le déclin de la production de certaines hormones surrénaliennes, telles la DHEA (dehydroepiandrostérone). Les taux sanguins de cette dernière décroissent en effet rapidement et notoirement dès l’âge de 25 ans. Or, la DHEA serait un activateur des récepteurs PPARalpha et, à ce titre, elle faciliterait l’entrée des acides gras dans les cellules de même que leur oxydation, au point que leur stockage dans les dépôts adipeux de l’organisme s’en trouverait diminué. Ces propriétés biologiques sont à l’origine d’une diminution de l’insulinorésistance chez l’animal de laboratoire, alors que les effets de la DHEA chez l’homme restent mal connus. Une étude randomisée, menée à double insu contre placebo, a inclus 56 sujets âgés en moyenne de 71 ans (extrême, 65-78 ans), dont 28 de sexe masculin. Cinquante-deux d’entre eux sont allés jusqu’à son terme. Dans le groupe traité par la DHEA (50 mg/jour) pendant 6 mois, la graisse viscérale mesurée par IRM a diminué 13 % (versus + 3 % dans le groupe placebo [p=0,001]), de même que la graisse sous-cutanée (p=0,003). La surface sous la courbe de l’insulinémie en fonction du temps (AUC) au cours de l’hyperglycémie provoquée par voie orale, a diminué significativement au terme de 6 mois de traitement par la DHEA (-1119 µU/ml en 2 heures versus +818 µU/ml en 2 heures ; p=0,007). En dépit de l’insulinémie plus basse, la courbe AUC de la glycémie est restée inchangée, de sorte que l’index de sensibilité à l’insuline a augmenté sous l’effet de la DHEA (+1,4 % vs –0,7 %, p=0,005),Cette étude contrôlée suggère donc que la DHEA est capable de diminuer le stockage de la graisse abdominale et sous-cutanée, mais aussi d’augmenter la sensibilité à l’insuline chez le sujet âgé. Dr Joseph MillerVillareal DT et coll. Effect of DHEA on abdominal fat and insulin action in elderly women and men. A randomized controlled trial. JAMA 2004 ; 292 : 2243-2248. © Copyright 2004 http://www.jim.fr

http://portaildurisque.iut.u-bordeaux1.fr/bddietetique.htm

Question du samedi 5 juillet 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique