Musculation


je tiens tout d abord a vous remercier pour la rapidite de votre reponse concernant la glutamine. je vais vous preciser ma question sur le zma . ce supplement est compose ( pour 1 dose ) de 600 mg de magnesium de 30 mg de zinc et de 5 mg de vitamine b6 . j aimerai savoir si la synergie de ces 2 mineraux est efficace pour maintenir , voir accroitre la production de testosterone etant donne que je pratique regulierement la musculation ( 4 j / semaine ) et que je pratique 1 activite en aerobie de 45mn 2 j / semaine ) et si les proportions de chaque composants sont valables.


REPONSE

Lestat,
A ma connaissance, aucun des produits contenus dans le Zma n’est impliqué dans la production de testostérone.
Concernant le magnésium, je vous invite à cliquer 1000 questions et à aller aux rubriques Alimentation puis Sport qui contiennent toutes les deux mon opinion sur l’utilisation du magnésium. J’a beaucoup travaillé sur ce magnésium chez les footballeurs qui en avaient besoin en fin de saison, mais nous avions des contrôles sanguins et urinaires, et dans le sang nous dosions le magnésium du plasma et des globules rouges. Nous avions donné du Magné B6 dont vous trouverez la composition en Pharmacie. Si non je peux vous la communiquer. Mais je vous répète que cet apport était guidé par la constatation d’un déficit mesuré par des analyses. (équipe de foot d’Alès 2ème division il y a quelques années) Tout ce travail a été publié dans des revues médicales.
Concernant le zinc, je n’ai pas trop de références. Rien ne me permet de croire que le zinc est impliqué dans la production de testostérone. Par contre il est indispensable au fonctionnement de nombreuses enzymes.
Les déficits en zinc sont rarissimes en Europe, mais il est vrai qu’une carence en zinc serait accompagnée de fatigue musculaire excessive et de troubles de l’immunité (fragilité des défenses contre les maladies).
Attention, plus on ingère de zinc et moins on en absorbe. De plus, le zinc absorbé gêne l’absorption du cuivre, du fer, du nickel, du calcium, du sélénium et du cadmium. C’est particulièrement vrai pour la compétition zinc / cuivre qui se gênent mutuellement. On estime à 25 mg les besoins journaliers d’un sportif, et on sait qu’une alimentation normale en apporte déjà 15 mg par jour, par conséquent un supplément de 10 mg / j serait suffisant en cas de besoin confirmé.
Les aliments les plus riches sont les viandes, les haricots, les lentilles, les noix, les huîtres.
Ce que l’on sait aussi, c’est qu’une carence en zinc gêne la construction protéique et négative la balance protéique en augmentant l’ammonium sanguin. On n’a pas mesuré de déficit en zinc dans les exercices de musculation, du moins à ma connaissance. Par contre dans les exercices de longue durée de type endurance, le zinc sort des cellules et peut être éliminé dans la sueur ou les urines, ou être capté pour être mis en réserve dans d’autres organes.
Les spécialistes conseillent chez les sportifs un apport de 0,35 mg / Kg / jour mais je vous rappelle que l’alimentation normale et équilibrée devrait suffire.
Des études faites sur des sportifs complémentés en zinc n’ont pas permis de mettre en évidence une amélioration de la performance. Avec de très importants apports de zinc, le zinc du sang de ces sportifs a diminué après l’effort, comme chez les non complémentés, ce qui montre que ce n’est pas évident de dire que l’apport de zinc fait du bien au sportif. Avec des doses de 135 mg / j pendant 15 jours, un chercheur a montré chez des femmes athlètes une augmentation de l’endurance et de la résistance, mais sous surveillance médicale et pendant un temps limité.
Le conseil qui reste est de ne pas dépasser 20 mg / j et ceci pendant un temps limité, de préférence en été.

Question du samedi 28 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique