Mort subite du sportif


Bonjour Professeur,

Au lendemain de ce tragique accident qui s’est déroulé hier soir sur la pelouse de Gerlan, quand le camerounais M.V. FOE s’est écroulé, victime d’un arrêt cardiaque, je souhaiterais connaître vos premières impressions sur la santé des sportifs de haut niveau... 1 mois après la mort "naturelle" du cycliste français dans un hôtel allemand, les fédérations internationales vont-elles encore nous cacher la vérité ?


REPONSE

Yannick,
Voyez à l’encyclopédie du site « mort subite du sportif »
Quel problème ! D’abord l’origine du décès brutal de monsieur M V Foé n’a pas été encore été révélée et la presse écrite et télévisée va nous inonder de vraies fausses nouvelles jusqu’au résultat de l’autopsie. Enfin, nous verrons bien.
L’impression que j’ai eue, car je regardais le match, a été qu’il s’agissait d’un arrêt cardiaque. Mais comme ceux qui sont arrivés les premiers n’ont pas effectué de massage cardiaque externe ni de bouche à bouche, j’ai changé d’avis en me disant : il doit donc respirer et avoir un pouls perceptible à la carotide. J’ai pensé alors à une rupture d’anévrysme cérébral ou à une syncope d’ordre neurologique par fatigue, chaleur et déshydratation. Je n’ai d’ailleurs pas vu ces deux équipes boire une seule goutte d’eau pendant tout le match, alors que je sais que c’est autorisé, sinon toléré par les arbitres, depuis la publication de la thèse de médecine du docteur Farid Chibatte, thèse que j’ai eu l’honneur de diriger juste avant le « mundial » de foot de Mexico, où on avait autorisé intelligemment la distribution de berlingots d’eau, pendant les compétitions, à la surprise générale de la presse. Les résultats des travaux du docteur Chibatte avaient été transmis à la FIFA par le docteur Jean Gauthier, cardiologue FIFA actuel, et excellent ami, qui collabore à l’activité du site. Voyez ses articles sur les problèmes cardiovasculaires du dopage qui sont sur le site, avec mes commentaires pédagogiques en page d’accueil.
On peut mourir d’un anévrysme cérébral ou aortique rompu ou d’un arrêt cardiaque sans faire du sport, c’est vrai. Mais le sportif est soumis à des contraintes physiques qui favorisent ces accidents et les font apparaître plus précocement. La fréquence cardiaque est très élevée, et la tension artérielle importante. J’ai mesuré des acidités sanguines avec des pH de 7.05 à la fin des sprints de certains joueurs de Montpellier la Paillade du temps où Monsieur Firoud était entraîneur, sur un joueur, alors seulement jeune remplaçant, nommé Gérald Passi. Avec ces acidités sanguines, la chaleur et la fatigue et le surentraînement, les conditions sont alors idéales pour que les membranes des cellules cardiaques deviennent perméables au calcium, au potassium et au magnésium. Les conséquences peuvent être graves, éventuellement l’arrêt cardiaque.
Les programmes des footballeurs professionnels sont démentiels physiquement et mentalement, et un joueur fatigué ne le dit pas au médecin car il veut encore jouer. Parfois il arrive que ce joueur arrive à trouver un médicament qui efface sa fatigue pour quelques heures. C’est impossible à prouver, sauf si une enquête est ordonnée par la justice et encore, on ne trouverait que ce que l’on aurait cherché. Il existe des produits qui sont indétectables quelques heures après le décès. Mais ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas chercher.
Je partage vos doutes et je m’interroge aussi mais je n’ai pas de réponse.
Par contre, ce que je ne m’explique pas, c’est qu’il n’y ait pas plus d’accidents. Si ces types d’accidents sont encore rares, c’est probablement que l’immense majorité des sportifs et de ceux qui les entourent ont compris que la vie vaut plus qu’une médaille.
Mais un seul est déjà de trop.
Amitiés
AC
PS : Il faudrait avoir accès au dossier médical ce qui est impossible, mais si un cardiologue a donné son avis à ce joueur en lui disant qu’il était en danger et si ce joueur n’en avait pas tenu compte...ce serait une piste à suivre.

Question du samedi 28 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique