je suis agée de 42 ans,"ancienne"
sportive,natation, puis athlétisme (course sur route), j’ai toujours fait du sport. Même après mes 2 grossesses, je continuais à me faire plaisir sur des 10 km ou des semis, et j’obtenais toujours de bons résultats...
l’année dernière j’ai eu une mononucléose, qui m’a énormémént fatigué et qui m’a fait ralentir ma pratique, j’avais l’impression que je n’avancais plus, je ne récupérais plus, et du coup j’ai completement perdu confiance en moi.
A présent, j’ai décidé que la page était tournée, que je ne ferais plus de compétitions, que je pratiquerais un sport pour le plaisir, sans plus avoir a rien prouver...
Le problème est que maintenant, j’ai l’impression, du fait, de n’etre plus compétitive, d’avoir perdu ma condition physique, je cours moins (je fais du vélo, et je nage un peu), quant je cours je n’avance plus, mon pouls est haut et pour le faire baisser je doit presque "me trainer".
est-ce que inconcienment, je n’accepte pas cet état, je doute , je perds confiance... il m’arrive même quelquefois d’avoir peur d’aller faire du sport, alors que j’en ai besoin et que c’est mon équilibre ...
Qu’en pensez-vous ? d’anciens sportifs on-ils étaient confrontés à cet état ?
merci de votre réponse..


REPONSE

Laurence,
A 42 ans on n’est pas encore « l’ancienne » mais il faut envisager le sport sous un autre angle, surtout après avoir eu une mononucléose infectieuse qui est une des maladies virales les plus connues dans le milieu médical pour apporter un état de fatigue important.
Il ne faut pas aborder le sujet comme vous le faites en privilégiant d’emblée la renonciation psychique comme responsable de vos difficultés.
Une seule solution s’impose : examen médical banal avec auscultation pulmonaire et cardiaque, tension artérielle, au repos et après un effort au cabinet médical.
Vu la maladie que vous avez eue, une prise de sang avec potassium, calcium et magnésium, et surtout le fer et son métabolisme.
Il conviendrait également de vérifier le taux des enzymes hépatiques, transaminases et gamma GT, LDH…pour explorer le métabolisme hépatique.
La formule sanguine et la vitesse de sédimentation font partie de l’exploration banale.
Votre médecin sait très bien ce qu’il faut demander.
Voyez :
http://www.nutri-site.com/dossiers/maladies_rares.htm
Mon ami Denis Riché a écrit ici un remarquable article. Il cite le malate et la citrulline sur lesquels j’ai beaucoup travaillé.
Dès que votre visite médicale sera faite, vous saurez si oui ou non le psychisme est ou non en partie en cause.
De toutes façons, dès qu’on doute de soi, rien ne va plus.
La démarche que je vous propose est claire :
On élimine l’éventualité de toute autre cause médicale de fatigue par la médecine traditionnelle. Une anémie ferriprive par exemple.
S’il n’y a rien de nouveau on vous rassure car au bout d’un an la fatigue de la mononucléose doit passer. Il faudra reprendre lentement un entraînement raisonnable et remonter en progression constante, pas à pas, vers les qualités physiques de la femme sportive de 42 ans. Pas plus !
AC

Question du samedi 28 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique