Métabolisme aérobie des glucides.



Les glucides sont souvent abusivement appelés « sucres.
Le glucide qui nous intéresse le plus dans le fonctionnement des fibres musculaires est le glucose, qui est présent dans les muscles sous deux formes : une forme glucose libre et une forme glucose liée à d’autres glucoses (Glycogène).

Le glucose libre est dégradé partiellement par des enzymes et il devient un nouveau composé chimique de structure différente capable de traverser la membrane des mitochondries. Il y rentre. C’est à l’intérieur de la mitochondrie, qu’une suite de réactions chimiques aboutira en dégradant ce dérivé du glucose à la production d’ATP, de chaleur, de gaz carbonique et d’eau.

Le glucose lié mais libérable se trouve dans les fibres musculaires sous forme de glycogène. Les réserves en glycogène des fibres sont suffisantes pour faire du sport raisonnablement pendant quelques heures. Tout dépend, évidemment, de l’intensité de cet effort.

Les régimes alimentaires dits "hyperglucidiques", composés de sucres à absorption lente, du type riz, pâtes et divers féculents, permettent de doubler la concentration de glycogène musculaire et d’assurer plus d’une heure supplémentaire d’effort.

Si un muscle a épuisé ses réserves de glycogène, les muscles voisins ne lui en fournissent pas. A chacun ses réserves ! Sous certaines conditions, les muscles peuvent aussi utiliser le glucose du sang et les graisses comme carburant.

Il y a aussi des réserves de glycogène dans le foie. Ce glycogène dit "hépatique", libérera du glucose et l’enverra par voie sanguine vers les organes qui en ont besoin. Le glucose du sang se mesure par la glycémie.

C’est surtout entre la première et la deuxième heure d’effort, que le glucose sanguin sera bien utilisé. Quand le glycogène du foie sera épuisé, si le sportif n’a pas pris la précaution de s’alimenter pendant les deux premières heures de l’effort, il ressentira des malaises d’hypoglycémie. Ceci signifie que le glucose sanguin est à une concentration trop faible.

Quand les réserves de glycogène hépatique diminuent trop, le foie possède encore des moyens chimiques de fabriquer du nouveau glucose à partir de certains acides aminés, à partir des lactates, et à partir du glycérol qui est un dérivé des graisses. C’est la gluconéogenèse.


0 vote



Connaissez-vous le livre du créateur d'Eureka-sport?
Du pur bonheur...


Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive