Le psychisme peut vaincre la maladie.



Le psychisme peut vaincre la maladie.

Une expérience personnelle incroyable !

Influence du psychisme sur les maladies : une expérience personnelle.

Encore un « truc » étrange qui m’est arrivé.

Je n’y aurais pas crû si on me l’avait raconté, et pourtant c’est moi qui l’ai vécu.

L’année…j’ai oublié. Pas loin de 1960…

C’était en hiver.
J’étais Chef de Travaux au Laboratoire de Physique de la Fac de Médecine de Montpellier. Institut de Biologie, Boulevard Henri IV.
Assis à mon bureau, grippé on ne peut plus, le teint pâle pour ne pas dire verdâtre, je sentais la fièvre me détruire.
J’étais épuisé. Il devait être 16 h environ quand mon Patron, le Professeur Christian Bénézech passa dans le couloir et entra dans mon bureau.
Il comprit que j’étais grippé, l’épidémie frappait Montpellier, c’était évident. Il me dit :
« Callis, je vous ordonne de rentrer chez vous, et de vous coucher et de ne revenir que lorsque vous serez guéri de cette grippe. Je ne veux plus vous voir d’une semaine ! »
J’obtempérai et rentrai chez moi vers 16 h 30 au lieu de 19 h 30 ou 20 h comme d’habitude.
J’arrivai donc avec deux heures d’avance chez moi.
Je rentrais pour me coucher pendant quelques jours. Le temps que la grippe passe.
En arrivant en voiture devant la porte d’entrée de l’escalier de l’immeuble HLM où nous habitions, Avenue de Lodève, j’eus une grande surprise.
Je reconnus la voiture de mes parents.
Que se passait-il, pourquoi la voiture de mes parents était-elle là ?
Mes parents en effet ne venaient que rarement puisqu’ils habitaient à 200 km de là, à Banyuls sur mer, dans les Pyrénées Orientales.
Je montai les escaliers, quatre étages, le plus vite possible, et entrai chez moi.
Le spectacle me glaça.
Ma mère, enfoncée dans un fauteuil, une serviette autour de la joue, pleurait et gémissait.
Mon beau frère m’expliqua :
« Ta maman souffre de façon insupportable d’une oreille. Le docteur Boulignat de Banyuls lui a dit qu’il ne pouvait rien faire, que le mieux était de l’amener d’urgence à Montpellier. »
Voilà pourquoi maman était là.
Je pris le téléphone et je contactai un de mes Maîtres ORL à l’hôpital St Charles, le Pr Guerrier. Il me dit d’amener vite ma maman.
Descendre les étages, reprendre la voiture, aller vite dans le service d’ORL.
Monsieur Guerrier nous reçut tout de suite.
Examen, ponction du tympan, élimination du pus de l’otite interne, injection d’antibiotique…maman avait retrouvé la paix qui succède à la douleur, plus d’angoisse, le problème était réglé, elle pouvait rentrer chez elle avec un traitement adapté.
OUF !
Le tout avait duré une heure.
Avant de repartir nous passâmes par l’appartement pour que maman et mon beau frère disent au revoir à ma femme.
Rassuré, je m’assis un instant pour faire le point.
Et soudain je dis à haute voix : « Heureusement que je suis rentré plus tôt, sinon vous auriez attendu et le Pr Guerrier n’aurait plus été présent dans son service »
Et soudain dis
« Mais pourquoi suis-je rentré si tôt ? »
L’évidence était là.
J’étais rentré plus tôt pour me coucher parce que j’avais la grippe !
Et je n’avais plus rien, ni grippe, ni fièvre, ni fatigue, rien de rien, j’étais en pleine forme !
Température contrôlée normale, je repris le travail le lendemain complètement guéri.
Comment expliquer cela ?
Je crois qu’ayant investi toute mon angoisse sur maman, mon corps a renoncé à la grippe.
J’étais devenu un autre personnage en deux heures.
Je confirme que mon cerveau a commandé mon corps.
Pensez-en ce que vous voudrez, il y a quand même des choses étranges dans le déroulement des maladies.
Je pense que mon cerveau a bloqué tous les signaux provenant du corps, ou qu’il a sécrété une hormone suffisante pour me guérir…allez savoir !
Je confirme la véracité de ces propos et je les signe.

M’occuper d’urgence de maman avait guéri ma grippe.

Albert Callis

Un article qui va dans mon sens.

Il n’y a pas que les médicaments qui agissent. Le cerveau est au dessus et il aide souvent à la guérison. Il faut y croire, ce n’est ni magique, ni surnaturel, c’est comme ça, un point c’est tout !