Bonjour,
suite à la detection d’un hygroma du genoux gauche, je viens de voir un chirurgien orthopédiste qui me conseille l’opération. Cet hygroma est assez volumineux, et trois ponctions n’ont pas fait d’effet. Cette opération m’inquiète quant au taux de réussite, suite à différente lecture sur internet, n’ayant pas de référence concrête. Qu’en pensez-vous, pourrais je reprendre une activité sportive (judo, vélo, musculation).
Merci d’avance


REPONSE

Jean-Philippe,
L’hygroma du genou est consécutif à des poussées inflammatoires des bourses séreuses. C’est tuméfié, rouge, chaud et ça fait mal. Parfois ils se présentent comme une tuméfaction indolore mais gênante. Le risque est alors l’infection et la suppuration. La cause est simple, ce sont des microtraumatismes répétés. Cette pathologie est fréquente chez les gens qui travaillent à genou, comme les couvreurs, les maçons, les carreleurs et même chez les religieuses souvent en prière. Dans le sport on les trouve souvent au volley et au foot. Parfois ils sont calcifiés par dépôt de calcium, un peu comme si cette lésion s’ossifiait et on les voyait à la radiographie des genoux de certaines religieuses d’où le nom donné à ces calcifications de « pierres de piété »
Si une cause infectieuse est exclue et si ce n’est pas une manifestation de la goutte, comme dans votre cas, et si les ponctions n’ont rien donné, il faut effectivement intervenir chirurgicalement. Le résultat de l’intervention est forcément valable mais le temps de récupération variable d’un sujet à l’autre et selon que l’hygroma est devant la rotule ou devant le tibia.
Mais en chirurgie tout ne dépend pas que du chirurgien et la reprise du sport ne peut être évaluée facilement.
Je vais contacter notre spécialiste et je vous donnerai sa réponse en direct.

Question du samedi 5 juillet 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique