bonjour, on voudrait savoir quels sont les facteurs de performance : genetique et acquis, pour un marathonien, un sprinteur et un joueur d escrime. merci beaucoup.


REPONSE

Marie,
Je vous donne d’abord cette réponse rapide.
Vous reviendrez après en avoir pris connaissance
Voici un premier extrait de réponse déjà donnée sur le site pour une première réponse.
Vous avez dans vos cellules une partie des gènes de votre mère et une partie de votre père ce qui vous fait l’héritier de toute une série de générations. Si dans l’une des deux familles (paternelle ou maternelle) il y a eu des sujets doués pour le sport, si les dispositions génétiques sont favorables à une grande taille, à un développement musculaire important, vous avez effectivement plus de chances de devenir un bon sportif que celui qui naît dans une famille qui n’a pas eu d’ancêtres prédisposés au sport.
Mais si les gènes ne veulent pas se manifester en vous et attendre d’autres descendants, vos propres enfants par exemple, vous ne serez pas un grand sportif comme papa.
On suppose que la taille et la capacité des organes qui sont importants pour devenir un bon sportif dépendent pour 65 % environ des facteurs génétiques. Le reste, 35 % environ des qualités physiques de l’enfant vont dépendre de l’apprentissage et du travail d’entraînement pendant la croissance.
Par conséquent, si votre père a été doué pour le duathlon, vous avez 65 % de chances de l’être aussi, mais il faudra travailler ce don pour améliorer de 35 % vos résultats. C’est dans ces 35 % que vous devez améliorer vos performances.
La génétique est importante car elle fixe le pourcentage de fibres musculaires rouges et blanches. Pour des raisons génétiques, par exemple, les sujets de race noire sont doués pour le sprint. Ils ont un fort % de fibres blanches dans leurs muscles. Ce sont des fibres rapides.
Mais il existe en Afrique orientale un pays qui s’appelle l’Ethiopie, où des jeunes enfants font plusieurs dizaines de kilomètres en courant par jour, pour aller à l’école. Ils ont travaillé depuis leur plus tendre enfance les fibres rouges lentes et ils deviennent des champions de marathon. Ils ont probablement des conditions génétiques favorables, mais le % non génétique a été poussé au maximum.
Il n’est quand même pas indispensable d’avoir des parents doués au duathlon pour devenir un bon duathlonien. Celui qui s’entraîne correctement, s’alimente en fonction du sport, s’hydrate de façon intelligente, a toutes ses chances.
La raison de non progression est parfois le surentraînement
Un pronostic de taille liée aux gènes est citée ci-dessous :
Le pronostic de taille définitive est difficile car basé sur des mesures effectuées sur des populations avec une certaine marge d’erreur possible. Il faut prédire la taille adulte :
D’abord, pour les garçons, vous pouvez essayer la formule empirique qui consiste à additionner le taille du père + taille de la mère le résultat multiplié par 1,08 et diviser par 2
Pour les filles c’est taille de père x 0,923. Ce résultat + taille de la mère, et ce que l’on trouve divisé par 2. (Havlicek 1977)

par conséquent si génétiquement il y a un % élévé de fibres rapides vous serez douée pour le sprint.
Vous aurez des chances en marathon si le % en fibres lentes est génétiquement élévé.
L’escrime est lié aussi à la rapidité, mais l’acquis est fondamental.
Bon travail
AC

Question du samedi 5 juillet 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique