Fievre Aphteuse



Cette maladie est provoquée par un virus qui décime les ruminants, les porcs et les sangliers. L’homme est exceptionnellement atteintpar la maladie.
Malgré les contrôles des animaux aux frontières et les vaccinations longtemps conseillées, la fièvre aphteuse est réapparue début 2001 sur un élevage de porcs au sud de l’Angleterre. Conséquence terrible, 7 mois plus tard, 5 millions d’animaux avaient été abattus ! En Europe, la vaccination des bovins avait été suspendue en 1992. Le Royaume Uni et l’Irlande n’ont jamais vacciné leur cheptel.

L’origine :

On pense que le virus de la dernière épidémie a été introduit par de la viande d’animaux provenant d’Asie. Les restes de cette viande contaminée ont servi à alimenter des porcs britanniques. Ils ont contaminé à leur tour des moutons qui étaient voisins de leur élevage. Des centaines de ces moutons étaient déjà vendus dans d’autres pays européens quand la maladie a été découverte.

Les signes :

L’animal atteint a de la fièvre et des aphtes à la bouche, aux mamelles et aux pieds. Comme chez l’homme, l’aphte buccal gène l’alimentation par la douleur qu’il provoque. L’animal atteint ne se nourrit pas et reste immobile. Il peut guérir et rester porteur du virus sans que cela ne soit visible. La croissance cesse et la production de lait n’augmente plus. Les jeunes animaux non sevrés meurent souvent d’atteinte cardiaque.

La solution à l’épidémie :

Il faut recenser les animaux atteints dont certains ont déjà franchi les frontières, les abattre, détruire les carcasses et désinfecter les exploitations contaminées. On interdit pendant quelques jours les mouvements de personnes, d’animaux et de véhicules dans une zone de 3 km autour du foyer infecté avec forte surveillance à 10 km à la ronde.

Les conséquences pour la France :

70000 animaux abattus, tous les malades et ceux risquant d’être contaminés.
Cette maladie étant exceptionnellement transmise à l’homme, il n’y a pas eu de conséquences sanitaires, mais l’impact économique a été désastreux : perte d’animaux, perturbation du commerce, fermeture des frontières, remise en cause de l’arrêt de la vaccination, choix des animaux à abattre par simple prévention. Drame humain d’éleveurs se sentant ruinés.

Comment prévenir l’épidémie ?

Interdire l’importation en Europe de tout animal ou produit provenant de pays où l’infection existe. Il faut absolument aider les pays atteints de façon chronique à se débarrasser du virus. Installer des réseaux de surveillance et mettre en quarantaine les élevages contaminés en abattant tous les animaux atteints ou non. Certains pays sont opposés à la vaccination car elle empêche, au début de l’épidémie, de pouvoir différencier un animal vacciné d’un animal en incubation de maladie, car tous les deux ont les mêmes anticorps dans leur sang. D’autre part, les risques de maladie à cause de la vaccination ne sont pas nuls, et les animaux vaccinés peuvent aussi devenir porteurs sains..


Voir en ligne :

Document officiel
0 vote



Inscrivez-vous à notre NEWSLETTER, recevez nos CONSEILS et tenez-vous au courant de l'actualité médico-sportive