bonjour, je souffre d’une tendinite d’un muscle des épaules droite et gauche(sus épineux)depuis plusieurs semaines certainement suite à une augmentation trop rapide de ma charge d’entrainement et à un travail de manutention ne permettant pas de reposer mes épaules en dehors des séances de sport ,après les vacances et le repos neccessaire quelles sont les erreurs a éviter pour diminuer les risques de "rechute" et existe t’il des regimes alimentaires particuliers pour limiter les tendinites


REPONSE

Marc,
Les tendinites de l’épaule sont fréquentes dans les sports de combat, le lancer, le hand-ball, le tennis, la gymnastique et l’haltérophilie, ainsi que dans les abus de musculation. Mais parfois on ressent une douleur très semblable dans une autre pathologie que l’on nomme « syndrome tunnellaire » où le tendon du muscle sous épineux entre en conflit avec les éléments d’un tunnel dans lequel il passe (sur le trochiter et sous l’acromion)
En général on propose de faire une radiographie pour vérifier s’il n’y a pas de calcification au niveau du sus-épineux et pour visionner correctement l’espace situé sous l’acromion.
Il se peut que les vacances et le repos ne suffisent pas surtout si les deux côtés sont atteints et si votre travail de manutention s’ajoute aux charges d’entraînement. Dans ce cas votre médecin vous prescrirait des anti-inflammatoires comme pour toute tendinite.
Profitez-en pour vérifier les cervicales.
Vu que les causes sont connues et bien réelles, c’est à dire qu’il s’agit d’une tendinite de surmenage, l’alimentation n’y est pour rien. Je suppose que votre alimentation est normale et équilibrée.
J’ai déjà répondu à Hervé :
« On sait que les tendinites peuvent être évitées par une bonne hydratation avant pendant et après l’effort, qu’il est recommandé de ne pas abuser de la viande, des graisses et des plats dits fortement épicés. D’autre part, on conseille de consommer beaucoup de fruits et légumes ainsi que des laitages mais pas de fromages gras et fermentés.
D’un autre côté, le médecin demande souvent de contrôler le taux d’acide urique du sang car certaines fragilités tendineuses accompagnent des maladies comme la goutte. Si votre taux d’acide urique est élevé, votre médecin vous recommandera de suivre un régime particulièrement pauvre en gibiers, viandes riches, abats, viandes fumées, chocolat, œufs, certains légumes secs, etc. »
Vous avez déjà la réponse pour le chocolat qui est excellent pour l’effort quand on le consomme raisonnablement, mais devient, comme tout autre aliment, dangereux si on en abuse.
Pour l’hydratation, il faut évidemment boire, mais il est abusif de parler de 4 litres par jour qui est un surmenage digestif inutile.
Normalement on conseille au sujet non sportif de boire pour arriver à uriner un litre et demi par jour.
Le sportif doit boire avant d’avoir soif, et des quantités liées à la durée de l’effort à venir, à la température extérieure, au degré d’humidité. Il doit boire avant, pendant et après l’effort, mais si la durée est de l’ordre de 20 minutes sur un effort d’intensité moyenne, on peut attendre la récupération.
Les quantités d’eau à absorber avant sont faciles à évaluer si on se pèse avant et après l’entraînement et avant et après une compétition. La perte de poids correspond à peu près à l’eau perdue. Il suffit d’absorber une partie de cette perte en prévision, et le reste en cours d’effort. Certains disent de boire beaucoup en une fois, d’autres en petites quantités, c’est à vous de voir ce qui vous convient le mieux.

Question du samedi 5 juillet 2014