Entraînement VTT


bonjour et merci pour votre site qui est une vraie mine d’or.
J’ai besoin de vos réponses éclairées sur diverses petites questions :
Pour un coureur ou un vététiste par exemple quel est le but d’un travail cardio :
Tenir le plus longtemps au seuil ?
Tenter de repousser la fréquence au seuil ?
Pour repousser sa frequence au seuil, est-il préférable de fractionner les efforts en montant le plus près possible de fc max ou des efforts en continu à seulement quelques puls au dessus du sals ?
Faut-il mixer le travail en fractionné et le travail en continu pendant la semaine, ou faut-il faire des cycles de fractionné puis des cycles de travail en continu ?

merci

Question du lundi 11 août 2014

Réponse

Frédéric,
En ce qui concerne l’entraînement du VTTiste, comme pour l’ensemble des sports à dominante aérobie, il convient de monter les indices physiologiques au maximum dans l’optique d’escompter une évolution optimale du potentiel de performance.
Ainsi, il semble pertinent de chercher à développer d’abord la capacité puis la puissance aérobie. C’est la raison pour laquelle les deux formes de travail que vous citez dans votre question doivent être utilisées
entraînement visant à tenir un fort % du seuil le plus longtemps possible
et entraînement visant à décaler ce seuil vers un % supérieur de VO2max.
La difficulté majeure est de savoir quand et surtout comment programmer ces différentes phases de travail.
Cela est autrement plus complexe, contactez-moi à nouveau si vous souhaitez obtenir davantage de renseignements à ce sujet.

Voici simplement, de manière schématique, quelques informations générales :
pour escompter l’évolution d’un seuil il faut travailler à une intensité comprise entre 90 et 110%.
Cela est valable pour les seuils aérobie ou anaérobie.
A vous de déterminer cette intensité en fonction de résultats de tests d’évaluation de terrain ou de laboratoire.
Sachez que la méthode la plus efficace dans l’optique de développer un seuil est le travail fractionné et non continu.
Le travail continu est davantage usité pour développer la capacité.
Les préparateurs physiques ont recours à l’interval training pour développer la puissance et, ce faisant, repousser la cinétique de la courbe de consommation d’O2 vers la droite et décaler les seuils.

La grande majorité des études scientifiques publiées à ce sujet montre qu’il est beaucoup plus judicieux de planifier des cycles de travail continu puis de travail fractionné sur la programmation annuelle d’une saison, plutôt que de proposer un mixe dans la même semaine.
Jean-Marc

11 août 2014 par Philippe