Entraînement Tennis


Bonjour !
Je suis en terminale et je dois faire un trvail de maturité afin de pouvoir me présenter aux examens en fin d’année. Je dois rédiger un dossier sur l’entrainement musculaire en rapport avec le tennis et j’aurais aimé savoir si vous aviez quelque information à me procurer sur la musculature spécifique d’un joueur de tennis ainsi que sur l’analyse des mouvements tennistiques.
En vous remerciant beaucoup d’avance, je vous envoie mes salutations les plus sportives.

Question du lundi 11 août 2014

Réponse

Chère Amélie.

Voici quelques infos concernant la construction d’un dossier sur l’entraînement musculaire du tennisman. Tout d’abord commence impérativement par vous poser la question de savoir quelles sont les exigences du point de vue physique, physiologique, et biomécanique de l’activité tennis. Exemple de raisonnement logique :
1) Faire l’analyse : Le tennis est une activité qui nécessite de fournir des déplacements longitudinaux (par exemple se déplacer du filet jusqu’à la ligne de fond en marche arrière et parfois même en marche avant), et latéraux (de gauche à droite).
2) En déduire les contraintes : dans ces conditions, il faut organiser un plan d’entraînement en musculation qui permette au sujet de progresser dans l’objectif d’aller plus rapidement d’un point à un autre non seulement en avançant et en reculant mais aussi en "pas chassés" sur les côtés.
3) En tirer les conclusions : L’analyse biomécanique des déplacements longitudinaux et latéraux permet de mettre en évidence la prévalence de l’activité des muscles propulseurs des membres inférieurs tels que ceux intervenant dans l’extension de la hanche (grand fessier, long biceps, ischios jambiers etc.), l’extension du genoux, quadriceps etc.) l’extension de la cheville (triceps sural, long et court péroniers latéraux, fléchisseur commun des orteils etc.) adduction des membres inférieurs (petit, moyen et grand adducteurs, droit interne, psoas, iliaque, etc.) et abduction des membres inférieurs (couturier, pyramidal etc.)
4) Se poser la question du comment ? On peut développer ces différents muscles par l’intermédiaire d’exercices de musculation tels que des squats (flexion/extension des membres inférieurs avec charge additionnelle sur les épaules), des fentes chargées (position de départ debout, barre sur les épaules, on se laisse tomber vers l’avant en freinant la chute avec une jambe), des machines spécifiques (machine à ischios, leg extension, presse oblique, machines à adduction et à abduction encore appelées machines gynécologiques), du travail pliométrique tonique sur bancs (positionnés en ligne droite, les uns à la suite des autres, on alterne des sauts de grenouille d’un côté puis de l’autre), du travail sur des cerceaux (disposés au sol, un à droite, l’autre à gauche et ainsi de suite), on va effectuer des foulées bondissantes en évoluant de la manière suivante : on va aller poser son pied gauche dans le cerceaux droit et son pied droit dans le cerceau gauche) etc.
Ensuite, on fait de même avec la durée.
1) Analyse : la durée moyenne d’un échange sur revêtement type herbe est de 7s par exemple, la durée moyenne d’un match est de 2h.
2) Contraintes : l’athlète doit non seulement être vif et efficace sur des efforts courts et intenses mais il doit aussi tenir le choc durant prés de deux heures
3) Conclusions : Il faut travailler la filière anaérobie alactique (prédominante dans les efforts courts) et la filière aérobie (déterminante pour ne pas finir le match "à l’agonie")
4) Comment ? : En salle de musculation on ne se contentera pas uniquement de soulever de la fonte mais il faudra aussi passer par l’espace "cardio" (steppers, rameurs, tapis de course, ergocycles etc.)
J’espère que ces quelques conseils vous permettront de mieux comprendre le cheminement logique qu’ont le préparateur physique et l’entraîneur avant de mettre en place une programmation en musculation. C’est exactement le même que je vous conseille d’adopter pour l’élaboration de votre dossier.
Bon travail,
Jean-Marc BERTRAND

Bonjour !Je suis en terminale et je dois faire un travail de maturité afin de pouvoir me présenter aux examens en fin d’année. Je dois rédiger un dossier sur l’entraînement musculaire en rapport avec le tennis et j’aurais aimé savoir si vous aviez quelque information à me procurer sur la musculature spécifique d’un joueur de tennis ainsi que sur l’analyse des mouvements tennistiques.En vous remerciant beaucoup d’avance, je vous envoie mes salutations les plus sportives.L’auteur de ce texte est Amélie (Suisse)

Chère Amélie.
Voici quelques infos concernant la construction d’un dossier sur l’entraînement musculaire du tennisman. Tout d’abord commence impérativement par vous poser la question de savoir quelles sont les exigences du point de vue physique, physiologique, et biomécanique de l’activité tennis. Exemple de raisonnement logique :
1) Faire l’analyse : Le tennis est une activité qui nécessite de fournir des déplacements longitudinaux (par exemple se déplacer du filet jusqu’à la ligne de fond en marche arrière et parfois même en marche avant), et latéraux (de gauche à droite).
2) En déduire les contraintes : dans ces conditions, il faut organiser un plan d’entraînement en musculation qui permette au sujet de progresser dans l’objectif d’aller plus rapidement d’un point à un autre non seulement en avançant et en reculant mais aussi en "pas chassés" sur les côtés.
3) En tirer les conclusions : L’analyse biomécanique des déplacements longitudinaux et latéraux permet de mettre en évidence la prévalence de l’activité des muscles propulseurs des membres inférieurs tels que ceux intervenant dans l’extension de la hanche (grand fessier, long biceps, ischios jambiers etc.), l’extension du genoux, quadriceps etc.) l’extension de la cheville (triceps sural, long et court péroniers latéraux, fléchisseur commun des orteils etc.) adduction des membres inférieurs (petit, moyen et grand adducteurs, droit interne, psoas, iliaque, etc.) et abduction des membres inférieurs (couturier, pyramidal etc.)
4) Se poser la question du comment ? On peut développer ces différents muscles par l’intermédiaire d’exercices de musculation tels que des squats (flexion/extension des membres inférieurs avec charge additionnelle sur les épaules), des fentes chargées (position de départ debout, barre sur les épaules, on se laisse tomber vers l’avant en freinant la chute avec une jambe), des machines spécifiques (machine à ischios, leg extension, presse oblique, machines à adduction et à abduction encore appelées machines gynécologiques), du travail pliométrique tonique sur bancs (positionnés en ligne droite, les uns à la suite des autres, on alterne des sauts de grenouille d’un côté puis de l’autre), du travail sur des cerceaux (disposés au sol, un à droite, l’autre à gauche et ainsi de suite), on va effectuer des foulées bondissantes en évoluant de la manière suivante : on va aller poser son pied gauche dans le cerceaux droit et son pied droit dans le cerceau gauche) etc.
Ensuite, on fait de même avec la durée.
1) Analyse : la durée moyenne d’un échange sur revêtement type herbe est de 7s par exemple, la durée moyenne d’un match est de 2h.
2) Contraintes : l’athlète doit non seulement être vif et efficace sur des efforts courts et intenses mais il doit aussi tenir le choc durant prés de deux heures
3) Conclusions : Il faut travailler la filière anaérobie alactique (prédominante dans les efforts courts) et la filière aérobie (déterminante pour ne pas finir le match "à l’agonie")
4) Comment ? : En salle de musculation on ne se contentera pas uniquement de soulever de la fonte mais il faudra aussi passer par l’espace "cardio" (steppers, rameurs, tapis de course, ergocycles etc.)
J’espère que ces quelques conseils vous permettront de mieux comprendre le cheminement logique qu’ont le préparateur physique et l’entraîneur avant de mettre en place une programmation en musculation. C’est exactement le même que je vous conseille d’adopter pour l’élaboration de votre dossier.

Bon travail,

Jean-Marc BERTRAND

11 août 2014 par Philippe