Don de plaquettes


Bonjour Dr CALLIS
je voudrais savoir combien de temps garde-t-on des traces de canabis dans le sang.
Surtout concernant les dons de plaquettes et de sang. Je ne suis pas un fumeur régulier, voir je ne suis pas un consommateur. Les médecins des laboratoires m’avaient dit 2 mois. Je ne sais pas tellement combien de temps je dois attendre pour faire un don. Et peut-il y avoir des conséquences pour les malades en attentes.
Je vous remercie de votre compréhension.
Alexandre.


REPONSE

Alexandre,
Tout dépend effectivement si vous êtes un fumeur occasionnel ou un usager régulier de cannabis. Quoi que vous fassiez ou disiez, ceux qui font le prélèvement pour sauver une vie doivent prendre un maximum de précautions et par conséquent ils doivent vous considérer chaque fois comme un usager pour être à l’abri de tout risque.
D’autre part il est bien connu que certains fumeurs de cannabis se laissent aller souvent à « essayer » autre chose, d’où un maximum de méfiance.
Les effets durent en général de 2 à 7 heures selon le produit consommé.
Comme les produits toxiques vont avant tout se dissoudre dans les graisses, ils disparaissent vite du sang où on ne peut plus les doser au bout de quelques jours. Mais ils sortiront peu à peu des graisses et alors qu’il n’y a plus rien dans le sang, on arrive encore à en trouver des traces dans les urines pendant plusieurs semaines.
Un fumeur régulier de plusieurs joints par semaine est encore positif dans les urines de 15 jours à 2 mois et même plus selon les quantités absorbées.
Ce que l’on dose alors sont des dérivés du produit que le corps a transformé pour le rendre éliminable par l’urine et les selles.
Pour un fumeur occasionnel, on est positif dans les urines pendant une durée de 3 jours à une semaine.
Vous pourriez vous demander pourquoi certains éliminent plus vite que d’autres ?
Ceci dépend du sujet, de sa taille, de son poids, de son taux de graisse, de ses capacités à transformer le produit toxique pour l’éliminer et évidemment de la fréquence des prises.
Comme la moelle des os où se fabriquent les plaquettes est riche en graisses, il doit s’en fixer beaucoup.
On ne veut pas que ces dérivés du cannabis créent des besoins de toxique chez ces malades qui ont déjà leur « dose » de maladie. De plus, tout produit étranger à l’organisme diminue les chances de réussite des transfusions et augmente les risques d’accidents.

Question du samedi 28 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique