Comprendre le sport avec Eureka Sport
Dans la même rubrique


Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dette en Oxygène

La dette en Oxygène
ou
Qui paie ses dettes s’enrichit.

Il s’agit ici seulement d’un rappel

Mon 100 mètres est fini, mes muscles sont enfin au repos, et pourtant mon cœur continue à battre vite et ma respiration ne se calme pas tout de suite. Pourquoi ?

Après tout exercice quel qu’il soit, les fréquences respiratoire et cardiaque restent en effet plus élevées qu’au repos. On explique cela en invoquant la dette en oxygène.
La ventilation à la fin du 100 mètres reste effectivement plus élevée que celle de repos.
Le sportif ne peut même pas parler.
Conclusion, bien que l’effort soit terminé, le corps a encore besoin d’un apport supplémentaire en oxygène.
Il faudra attendre quelques minutes pour retrouver une respiration et un pouls normal et calme de repos.

Pourquoi le corps demande t il ce supplément d’oxygène immédiatement après l’effort ?

Il y a plusieurs raisons :
1-Les muscles ont consommé beaucoup d’oxygène du sang et il faut refaire les stocks en oxygène dans les globules rouges (O2 de l’hémoglobine) et dans fibres musculaires rouges (O2 de la myoglobine)
2-Au début de l’effort et pendant les premières secondes, les réserves de repos d’ATP des muscles s’épuisent. Il faut reconstituer ces réserves. Pour cela il faudra de l’oxygène pour les mitochondries en période de récupération (dette dite alactique 1)
3-Ensuite il faut refaire les stocks de phosphocréatine.
Pour reconstituer les réserves de phosphocréatine à la fin de l’effort, il faudra de l’oxygène pour les mitochondries en période de récupération (dette dite alactique 2)

*Ces stocks d’ATP et de Phosphocréatine (nommés phosphagènes) se reconstituent d’abord très rapidement puis plus lentement. Pour refaire les réserves dans les fibres comme elles étaient avant l’effort, il faut compter entre 3 et 5 minutes à partir de l’arrêt de l’exercice.*

Il faut aussi débarrasser les cellules musculaires et le sang de l’acide lactique formé et transformer dans le foie le lactate en glucose.

Note
(L’acide lactique est en effet dissocié dans les fibres et le sang en proton (H+) responsable de l’acidité et anion (lactate-) récupérable)

A la fin de l’effort il faut éliminer l’acidité lactique (H+) et supprimer l’excès de lactates qui peuvent être transformés en glucose dans le foie (cycle de Cori)

Une fraction de la consommation d’oxygène élevée d’après effort va servir à cela, payant ainsi la dette dite “ lactique ”

*Cette phase est lente et peut durer plus de 30 minutes. Certains l’ont mesurée sur plus d’une heure, mais l’essentiel de cette récupération est réglé en moins de 15 minutes.*

Nous savons donc maintenant que l’organisme du sportif continue à prendre de l’oxygène pour rétablir les réserves et pour éliminer et recycler les déchets (acidité et lactates)

Pourtant il reste encore à expliquer à quels signaux poumons et cœur obéissent dans cette phase du début de récupération.

1- On peut comprendre que dès que le 100 mètres est terminé, pendant quelques secondes le sang reste acide et chaud. Ces deux signaux sont perçus comme responsables d’une hyperventilation et d’une accélération cardiaque par leur effet cérébral.
2- Pendant encore quelques secondes les hormones du stress restent actives (adrénaline par exemple) et elles ont le même effet.
3- Enfin, il faut savoir que dans les efforts extrêmement violents, les muscles ont des ressources de formation d’ATP exceptionnelles mais avec production d’ammonium, toxique puissant qu’il faudra éliminer. Quand le taux d’ammonium augmente dans les fibres, il diffuse dans le sang. Il est bien connu que l’augmentation du taux d’ammonium sanguin stimule le centre respiratoire cérébral, d’où une élévation de la ventilation pulmonaire.

Note
2+2 donne 3+1
L’explication est que dans des conditions extrêmes où il faut encore de l’ATP deux ADP en s’associant entre eux peuvent donner un ATP et un AMP, lequel, sous l’influence d’enzymes activés par l’acidité, libère de l’ammonium NH4+

Voilà pourquoi, quand l’effort musculaire est terminé, commence une phase de récupération pendant laquelle l’organisme a besoin de plus d’oxygène. Le calme revenu, l’ATP sera logiquement à nouveau maintenu par les réactions dites aérobies de repos qui se déroulent dans les mitochondries des cellules musculaires.

Ce métabolisme de repos revenu dans les mitochondries consommera préférentiellement les dérivés des acides gras plutôt que des dérivés du glucose, mais les besoins énergétiques de repos étant minimes, il ne faudrait surtout pas en déduire qu’il faut se mettre au repos pour maigrir !