Comprendre le sport avec Eureka Sport
Dans la même rubrique


Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Crampes

Les crampes du sportif sont des contractions douloureuses de certains muscles, très souvent aux mollets et plus rarement aux cuisses. Elles apparaissent le plus souvent à l’effort, surtout chez les sportifs, mais aussi quelquefois pendant le sommeil.
Ce n’est pas une lésion puisque le muscle reste intact. Ce n’est pas notre cerveau qui a commandé cette contraction. D’ailleurs la crampe ne sert pas à faire un geste ni un mouvement. Au contraire, le sportif est incapable de continuer son effort.
Puisque les muscles sont contractés involontairement, c’est que l’ordre de se contracter est parti de muscles eux-mêmes, parce que quelque chose ne fonctionne plus correctement au niveau des fibres musculaires. C’est un signe de fatigue d’un groupe de muscles qui est incapable de continuer l’effort et qui se bloque, contracté, sans possibilité de retour à la longueur normale. Les capteurs nerveux du muscle font alors passer au cerveau un signal de douleur.

Ne nous faisons pas d’illusions, bien que de nombreuses raisons soient connues, il arrive souvent que la cause des crampes reste mystérieuse, car, comme toujours, ce sont plusieurs causes qui agissent en même temps.

Les crampes peuvent apparaître à l’effort ou après l’effort.

crampes des efforts des contractions répétées d’un même groupe de muscles, dues à un geste technique mal effectué, ou à cause de l’utilisation d’un matériel défectueux ou inadapté (mauvaise chaussure, selle de vélo mal réglée en hauteur, raquette de tennis mal choisie...).

Par exemple, si un sportif décide occasionnellement de pratiquer avec des amis un sport différent du sien, pour se mettre au niveau des autres et ne pas paraître ridicule, il fatiguera rapidement des muscles qu’il ne soumet pas habituellement à de tels efforts.

Si le sportif n’en décèle pas les causes, l’entraîneur sera à même de lui apporter des conseils éclairés.
Crampes d’effort pouvant être dues à une mauvaise circulation sanguine, souvent aux mollets, chez les sportifs vétérans. Les problèmes de circulation sanguine peuvent provoquer aussi des crampes nocturnes qui réveillent et font énormément souffrir. Les femmes y sont soumises plus souvent que les hommes. Il suffira de diminuer l’intensité de l’entraînement et, si ça ne passe pas, d’en parler à son médecin lors de la prochaine consultation. Il peut éventuellement prescrire des médicaments "décontracturants" et des substances qui facilitent la circulation sanguine.

Certaines crampes d’effort sont dues à la pratique trop intensive d’un sport chez des sujets qui ont des problèmes articulaires minimes à cause desquels ils modifient l’équilibre statique de leur genou ou de leur cheville. On ne se tient pas en équilibre de la même façon quand on a mal quelque part, et les muscles ne retrouvent plus les habitudes prises pendant des années. Alors, naturellement, ils souffrent et se manifestent par des crampes. C’est, là aussi, au médecin d’agir.

Certaines crampes sont dues à la fatigue provoquée par un excès de chaleur dans le muscle, à une déshydratation due à une transpiration excessive ou une mauvaise hydratation du sportif, avant ou pendant la compétition, à un manque de sodium, de potassium, de calcium, de magnésium, à un excès d’acide... C’est pour éviter ces ennuis que l’on conseille à l’effort de ne pas boire de l’eau pure, mais de l’eau légèrement minéralisée.

Un apport raisonnable en vitamine B6 est parfois conseillé. Un entraînement du type travail / repos bien équilibré sera recommandé. Une petite enquête alimentaire doit être faite chez des sportifs qui souffrent trop souvent de crampes, car c’est parfois une des clefs du problème. De même, peser un sportif avant et après la compétition, est un moyen simple d’évaluer sa perte en eau. Comme ces variations de poids sont différentes de l’un à l’autre selon l’intensité de la transpiration et de l’effort fourni par chacun, on peut imposer, de façon personnalisée, la quantité de boisson adaptée. Il serait en effet maladroit de conseiller les mêmes règles d’hydratation à un seconde ligne de rugby qu’à un arrière.

Il devrait y avoir une balance dans tous les vestiaires.

Crampes des tricheurs. Les sportifs dopés par des diurétiques s’exposent à avoir des crampes. Leur but est d’éliminer un volume suffisant d’urine pour diminuer leur poids lors de la pesée qui fixe dans quelle catégorie ils vont se comparer aux autres. C’est le cas de la boxe, de l’haltérophilie, du judo...
Il pourra être difficile de compenser cette déshydratation artificielle qui fait aussi baisser la tension artérielle.

Les diurétiques font bien uriner de l’eau, mais aussi des éléments minéraux dont la baisse du taux sanguin, et surtout musculaire, expose à l’apparition des crampes. Certains diurétiques, connus pour provoquer une forte élimination du potassium du sang et des muscles, sont d’ailleurs appelés "diurétiques hypokaliémiants"

Après la pesée, les tricheurs cherchent à se réhydrater rapidement et à reconstituer le stock des éléments minéraux perdus dans leurs urines. L’astuce serait de les peser à nouveau juste avant les épreuves !

Le malheur des uns peut faire le bonheur des autres. C’est ainsi que le boxeur poids léger Abdel Jebahi pourra se rendre aux Jeux Olympiques de Sydney à la place d’un exclu pour dopage par un diurétique.

De toutes façons, il est hors de question pour nous de porter un jugement moral sur un sportif dopé, tant que les circonstances exactes de ce dopage ne sont pas connues. Nous pensons que les sportifs de haut niveau évoluent dans une équipe dont certains membres partagent, au moins en partie, la responsabilité de ces regrettables pratiques. Pour les sportifs occasionnels peu informés, le dopage peut provenir des mauvais conseils d’un camarade dont on envie les performances. C’est à eux que s’adresse notre message. Comprendre ses dangers, c’est déjà vaincre le dopage.

Les diarrhées qui atteignent les sportifs en déplacement dans des pays étrangers, provoquent, comme les diurétiques, des pertes d’eau et d’éléments minéraux. Les résultats seront encore plus graves, puisqu’il y a en plus, dans ce cas, des troubles de l’alimentation et que le sujet est forcément mis à la diète.

Les conseils pour prévenir les crampes sont simples :

Massages, bains chauds, chaleur par tous les moyens de physiothérapie bien connus dans le milieu du sport, aliments ou boissons apportant des compléments en calcium, magnésium et éventuellement potassium, vitamines du groupe B si c’est nécessaire, et médicaments ayant un rôle relaxant sur les muscles et favorisant la circulation sanguine sur avis médical uniquement. Les étirements préviennent les crampes et permettent de les faire disparaître plus rapidement. Il faut pour cela qu’une autre personne vienne à l’aide du sportif handicapé par la douleur.