Cardio-vasculaires


Bonjour professeur,
Mon fils agé de 16ans et demi fait du foot depuis l’age de 5 ans en compétition sans aucun problème. Le 25/02/03 il s’est écroulé sur le terrain. Après différents examens on lui a diagnostiqué lors d’une exploration cardiaque en janvier dernier une dysplasie ventriculaire arythmogène droite (il a fait une syncope lors de cet examen et on a du le réanimer par les fers). On lui a prescrit en premier 120mg de corgard et lors d’une nouvelle investigation le17 mars, le traitement ne le couvrant pas à 100% on lui a prescrit par jour 80mg de corgard et 200mg de cordarone. Ce qu’il prend actuellement. Le plus grave pour lui c’est qu’on lui a interdit tout sport et il souhaitait devenir depuis tout petit préparateur physique dans le foot. Pensez vous qu’il pourrait quand meme envisager de poursuivre dans cette idée, sachant qu’il y a une
épreuve physique à passer de 30mn environ dans cet examen. Pour lui c’est vital il n’envisage rien d’autre, nous voyons son avenir professionnel très compromis. Si on lui trouve un traitement qui le couvre complètement, pourra t il passer cette épreuve sachant qu’aujourd’hui il ne fait plus de sport. Merci beaucoup de me répondre...c’est une catastrophe qui s’est abattue sur lui et nous en janvier dernier. MERCI BEAUCOUP


REPONSE

Dominique,
J’ai lu un document récent cité ci-dessous et j’ai reçu une première réponse de l’un de nos conseillers cardiologue.
Nava, Journal of the American College of Cardiology 2000 ; 36 : 2226-2233
La DVDA est une maladie myocardique, souvent familiale, caractérisée par le risque d´arythmies ventriculaires (AV) graves. La DVDA est une maladie d´apparition progressive durant l´adolescence et la croissance ; l´évaluation systématique des apparentés des sujets atteints permet le diagnostic précoce ; l´expression clinique est très variable et le pronostic en général assez bon. C’est une des pathologies les plus courantes donnant des troubles du rythme graves. Le ventricule droit a une paroi musculaire mince ce qui entraîne des accélérations cardiaques très importantes (tachycardie ventriculaire) et même des contractions inefficaces car désordonnées (extrasystoles puis fibrillation ventriculaire) qui sont responsables d’une perturbation majeure de la circulation du sang. Une activité physique même limitée donne des extrasystoles, aggrave la maladie et est l’occasion de troubles du rythme. Le risque majeur est la mort subite à l’effort. Si votre fils avait fait son épreuve d’effort sans la présence d’un cardiologue et des moyens électriques de défibrillation, il aurait peut être perdu la vie. Du moment qu’il y a une épreuve sportive de 30 minutes à passer , votre fils devra la préparer sérieusement par un entraînement physique. Il est déjà impossible de lui permettre cet entraînement. Connaissez-vous le détail de ces épreuves ? Si oui, transmettez-les au cardiologue et demandez-lui son avis. Mais si cette profession demande un certificat de non-contre-indication à la pratique du sport, je ne pense pas qu’un seul médecin le lui donnera sans prendre lui-même de gros risques.A mon avis, la question n’est plus s’il peut continuer dans cette voie, mais vers quelle profession proche du sport peut-il se diriger. Essayez éventuellement le journalisme sportif. Par contre, ce qui me paraît primordial, c’est de savoir comment ce trouble cardiaque a échappé aux visites médicales successives pendant les 11 ans de sport que votre fils a effectués. N’a t il jamais eu d’autres malaises avant, des signes même minimes qui aient attiré votre attention ou celle des médecins de club, du médecin traitant, a t il subi des visites médicales scolaires ? A t il bénéficié de certificats médicaux chaque année pour obtenir la licence ? A t il été « surclassé » ?
Je suis désolé pour lui et pour vous, aucune carrière professionnelle ne doit être entreprise si une activité physique en est la clé.Ceux qui lui ont interdit le sport lui ont sauvé la vie.Merci de votre confiance.AC

Question du samedi 28 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique