Alimentation


Bonjour,
J’aurais voulu avoir des informations sur les risques (ou accidents)liés à une pratique sportive exercée JUSTE APRES un repas.
Merci d’avance pour votre réponse.
Ivan


REPONSE
Ivan,
Yvan,
Quand on a mangé, la digestion commence, c’est à dire que d’abord les aliments sont dans l’estomac pour y être décomposés en partie par la pression des muscles de l’estomac et mélangés avec des sucs digestifs. Puis le mélange ainsi formé passera lentement dans l’intestin et les composants encore soumis à d’autres sucs digestifs (enzymes) seront transformés pour être capables de passer du tube digestif dans le sang et envoyés surtout dans le foie qui décompose et stocke.
Tout ceci demande du sang, donc ce sang nécessaire irrigue notre tube digestif pendant la phase digestive.
Or, pendant l’effort musculaire, le sang est justement dirigé vers les muscles et les artères du tube digestif voient le débit sanguin diminuer considérablement. Celui qui fait du sport après un repas digère mal ses aliments par manque de sang à l’estomac et l’intestin.
Mais ce n’est pas tout.
Celui qui fait du sport après un repas sans respecter un temps suffisant (règle des 3 heures) risque de créer une hypoglycémie (baisse du glucose dans le sang) qui donne des malaises graves et une très forte fatigue.
Les raisons de cette hypoglycémie ont été maintes fois expliquées dans le site.
Les glucides venant de l’alimentation ont un taux qui augmente dans le sang après le repas. Leur augmentation déclenche la sécrétion d’insuline qui va provoquer la baisse de ce glucose sanguin pour le ramener à la normale, et comme les muscles sont entrain de travailler et qu’ils « pompent » aussi ce glucose sanguin, les deux diminutions s’ajoutent, le glucose sanguin baisse trop (hypoglycémie) et les cellules du cerveau qui ont besoin du glucose apporté par le sang vont en manquer. D’où malaises, fatigue, pertes de connaissance, vomissements…
Je vous extrait quelques réponses déjà données. Les voici :
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX
Le dernier repas doit être pris environ 3 heures avant la compétition. Il faut respecter un minimum de 2 h 30 si le délai de 3 heures est impossible à respecter.
Il doit surtout composé de sucres lents à faible index glycémique, c’est à dire de pâtes, de riz, de céréales, de semoules. Il faut éviter les sucres rapides, comme les sucreries, gâteaux, jus de fruits, cocas, chocolateries, car ces sucres rapides vont provoquer une brutale augmentation dans le sang d’une hormone nommée Insuline qui vous conduirait rapidement à la baisse du glucose sanguin (l’hypoglycémie), c’est à dire à une forte fatigue. Les sucres lents conseillés sont absorbés lentement par l’intestin et ils ne provoquent pas cette réaction de l’insuline.
Pendant ces trois heures, les glucides lents passent de l’intestin dans le sang et ils iront dans les muscles et dans le foie augmenter les réserves (glycogène musculaire et glycogène hépatique)
Ce dernier repas doit être préparé en évitant les aliments difficiles à digérer et qui provoqueraient des ballonnements. Ainsi on déconseille les aliments trop riches en fibres. Vous savez bien que selon ce que vous mangez, vous digérez plus ou moins rapidement. Il y a des fibres en quantité importante dans les crudités, les légumes secs, le pain complet, les céréales complètes, certains fruits. Evitez donc ces aliments, mais uniquement pour ce dernier repas. Par contre, ils seront les indispensables bienvenus dans tous les autres repas de la semaine en dehors du jour de la compétition.
Certains aliments sont plus difficiles à digérer que d’autres car ils restent plus longtemps dans l’estomac et l’intestin. Il faudra les éviter dans le repas pris 3 heures avant. C’est le cas des graisses de cuisson, des œufs, des fromages gras, de la pâte cuite des tartes sucrées et grasses des gâteaux et desserts, pizzas…. Je veux ici parler par exemple de la pâte des tartes aux pommes. Le pain trop frais et mal cuit peut aussi provoquer des troubles.
On se trouve alors devant un repas évitant les crudités, contenant du jambon cuit comme protéines, des pâtes ou du riz, en évitant les sauces trop compliquées, un peu de ketchup mais pas trop, du pain, un yaourt. Les bananes sont excellentes si vous les digérez bien. Si c’est le matin, et si vous l’aimez, vous pouvez prendre un bol de céréales type corn flakes ou des flocons de céréales et des biscottes avec un peu de miel ou de confiture. Il faut boire de l’eau.
Un café, mais pas plus, peut terminer le repas si on en a l’habitude.
Entre la fin du repas et l’heure de la compétition, il est utile de boire un demi verre de boisson riche en fructose toutes les 20 minutes. Il existe d’excellentes préparations pour sportifs qui sont adaptées à chaque type de sport. Elles contiennent des glucides lents et du fructose. Certaines contiennent aussi des acides aminés qui seront très utiles pour recomposer les muscles après l’effort.
Sachez que si ce dernier repas présente une grande importance, il faut également que le sportif surveille son alimentation toute la semaine, en fonction des entraînements, des séances de musculation.
XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

Si nous suivons les glucides, ils seront en grande partie transformés dans l’intestin en glucose ou d’autres sucres simples et ce glucose passe dans le sang dans l’heure qui suit le repas.
Une augmentation du glucose dans le sang porte le nom d’hyperglycémie. Cette hyperglycémie d’après repas (post prandiale) déclenche tout un système de régulation pour ramener à la normale le taux de glucose sanguin.
Comment ?
Par la sécrétion d’insuline que produit une glande nommée pancréas. La concentration en insuline sanguine (insulinémie) augmente.
Si vous créez une augmentation de l’insulinémie, cette insuline va ramener le taux de glucose sanguin à la normale en :
stockant le glucose du sang dans le foie et les muscles (glycogène)
favorisant la consommation de glucose par les cellules
favorisant la formation des réserves de graisse
inhibant la destruction (catabolisme) des graisses qui ne relâcheront plus les acides gras libres capables d’être brûlés pendant l’effort physique.
Une heure après un repas la production d’insuline stocke des sucres en réserves : réserves de sucres et transformation de sucres en graisses s’il y a trop de glucose.
Oui, une heure après un repas, l’insuline favorise la consommation cellulaire de glucose et empêche les graisses en réserve d’être « brûlées »
Les signes de l’hypoglycémie sont très connus.
Si vous les voulez revenez sur le site.

Question du mercredi 25 juin 2014



Avez-vous trouvé cela utile ?

Pas de notes pour le moment

Dans la même rubrique